Conférence : Gaston Déry

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Conférencier : Gaston Déry, C.M., C.Q.

Titre de la conférence: L’industrie maritime, une grande industrie … responsable

Résumé

Le fleuve Saint-Laurent, cette « Route qui marche », relie les Grands Lacs et l’océan Atlantique, de la source à la mer. Il accompagne les activités économiques et socioculturelles des communautés côtières depuis des millénaires. Les Amérindiens l’appelaient Magtogoek et nos ancêtres, la mer. Quelle que soit son appellation, tous s’accordent pour le qualifier de majestueux. Le Saint-Laurent est une gigantesque porte d’entrée sur l’Amérique. Formidable outil de développement pour le Québec, il est la voie qui nous ouvre au monde.

Le fleuve St-Laurent, appartient au patrimoine collectif du Québec. Il est le lieu identitaire le plus présent au cœur des Québécois, tant sur les plans historique, patrimonial, social, culturel, économique et familial. Il demeure essentiel de préserver ce caractère unique. Il constitue la ressource naturelle de base du Québec qui doit être gérée dans une perspective de durabilité.

L’industrie maritime, à l’origine de la création du Québec, a façonné son histoire et à son patrimoine. De grandes familles de navigateurs sur plusieurs générations ont contribué à la réputation de cette industrie.  Le Saint-Laurent, de par ses caractéristiques de navigation, permet à l’industrie maritime d’être présente et prospère. L’industrie maritime a compris qu’il est essentiel d’adopter une approche de gestion intégrée afin que les utilisateurs de cette voie navigable à des fins économiques identifient des avenues permettant de contribuer au maintien de son environnement dans un souci de respecter au maximum son intégrité.

Fidèles aux principes de responsabilité sociale, l’industrie contribue à mettre en valeur l’ensemble des richesses du Saint-Laurent. Grâce à cette approche intégrée, le Saint-Laurent demeure un milieu de vie diversifié et bien vivant. Une approche socialement responsable permet ainsi à l’industrie maritime de prioriser des avenues de solutions permettant d’atteindre des objectifs respectant les particularités du Saint-Laurent et de ses divers utilisateurs.

Biographie

Gaston Déry, un amoureux du fleuve Saint-Laurent

Impliqué au sein de l’industrie maritime depuis une quinzaine d’années, Gaston présente une feuille de route diversifiée où les plans économique, social et environnemental se sont côtoyés.

Il a été vice-président Responsabilité sociétale de QSL et membre du Conseil d’administration de la SODES, du comité de concertation de la navigation et président des Amis de la Vallée du St-Laurent. Il fut aussi membre du comité de mise en valeur du Saint-Laurent de la SODES. Il est toujours ambassadeur du projet Saint-Laurent de Conservation de la nature Canada et du comité consultatif de l’institut maritime du Québec.

Gaston est intimement lié à la mise en valeur du Saint-Laurent et a obtenu en 2007 le Phénix de l’environnement du Québec, la distinction environnementale la plus prestigieuse au Québec pour une action citoyenne exemplaire pour la biodiversité du Saint-Laurent (île-aux-Pommes). Les deux paliers de gouvernement ont reconnu ses efforts. Il est membre de l’Ordre du Canada (2017) et chevalier de l’Ordre national du Québec (2021) « pour sa contribution inestimable au développement durable comme citoyen ».

 

 

Lire la suite

Conférence : Projet Mars

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Conférence – Projet MARS

Résumé du projet

Au cours des dernières décennies, le niveau de bruit dans les océans a augmenté significativement. Or, l’augmentation du trafic maritime est en grande partie responsable de ce phénomène et les impacts négatifs qui en découle sur la faune marine préoccupent de plus en plus les experts.

Le projet MARS (Maritime Acoustic Research Station) consiste à implanter et opérer une station de recherche acoustique sous-marine de niveau international sur le Saint-Laurent. À terme, ce projet vise à contribuer de manière significative à la réduction des impacts sonores de la navigation sur la faune marine. La station sera déployée au centre du chenal laurentien, au large de Rimouski, une zone reconnue pour l’abondance et la diversité des mammifères qui la fréquentent

Le projet comporte deux principaux objectifs. Le premier, porté par l’Institut des sciences de la mer à Rimouski, vise à mesurer les niveaux de bruit des navires transitant sur le fleuve selon des normes internationales à l’aide d’un réseau d’hydrophones. Le deuxième, porté par Innovation maritime, est de tracer le lien entre le niveau de bruit des navires, leurs conditions d’opération et les éléments à bord générant ces bruits pour évaluer et développer des méthodes de mitigation. Deux entreprises locales, OpDAQ Systems et Multi-Electronique, apporteront leurs expertises notamment dans le déploiement en eaux profondes des instruments de mesure et dans l’instrumentation des navires.

L’initiative conjointe de ces institutions permettra de fournir aux armateurs des informations solides quant au bruit sous-marin généré par leurs navires et suggérer des moyens de mitigations efficaces et réalistes pour leur permettre de prendre action en regard de ces informations.

Biographie

Jean-Christophe Gauthier Marquis est responsable du projet MARS chez Innovation maritime. Il y travaille depuis 2020 et enseigne à l’Institut maritime du Québec depuis 2017. Il possède un baccalauréat en physique de l’Université Laval ainsi qu’une maîtrise en océanographie physique de l’Institut des sciences de la mer à Rimouski.

Plus de détails à venir.

 

 

 

Lire la suite

Activités de la Journée maritime québécoise 2021

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Calendrier des conférences

Conférence à Rimouski : Projet Mars

Conférence à Québec : Gaston Déry

Activités pour les enfants

L’industrie maritime, un monde à découvrir!

Afin de sensibiliser les jeunes à l’industrie maritime et à l’importance de celle-ci dans leur quotidien, nous proposons aux enseignantes et enseignants du Québec des activités permettant d’explorer cet univers essentiel à travers le cours d’Éthique et culture religieuse.

Dans le but de mettre en valeur l’industrie maritime auprès des plus jeunes, ces activités seront offertes à tous les élèves, du préscolaire au secondaire.

Le 26 octobre prochain, en collaboration avec la SODES et le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie maritime, l’équipe de recrutement de l’Institut maritime du Québec animera une activité virtuelle ouverte à tous qui permettra de démystifier les métiers maritimes.

Voici le lien pour vous inscrire à cette activité et recevoir le matériel à présenter à vos groupes en préparation à cette journée maritime québécoise.

En participant à cette journée de vulgarisation, vous êtes éligible à un concours et courez la chance de gagner de nombreux prix!

*Les écoles auront besoin d’une connexion internet, d’un tableau interactif ou d’appareils numériques (tablette, téléphone) afin de pouvoir participer aux activités interactives. 

 

 

 

 

 

Conférences présentées par


 

 

 

Lire la suite

Journée maritime québécoise 2021

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

ÉDITION 2021

 

La 21e édition de la Journée maritime québécoise aura lieu le 26 octobre prochain sous le thème «L’industrie maritime, un monde à découvrir».

Pendant que le Québec se mettait sur pause pour limiter la propagation de la COVID-19 et que les frontières terrestres se fermaient, l’industrie maritime s’assurait que la chaîne d’approvisionnement ne soit jamais rompue. Les activités portuaires et les entreprises spécialisées en transport de marchandises se démenaient pour que les navires et leur cargaison se rendent à bon port, comme à l’habitude.

Aujourd’hui, alors que les gouvernements travaillent sur les mesures de relance économique post-pandémie, l’industrie maritime veut plus que jamais y jouer un rôle de premier plan.

Apprenez-en davantage sur les opportunités en matière d’emploi, d’environnement et de transition énergétique ainsi que de développement économique régional.

Plus de détails à venir.

 

Lire la suite

Communiqué de presse : Dévoilement d’Avantage Saint-Laurent – Place à une industrie maritime moderne forte et prospère!

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Dévoilement d’Avantage Saint-Laurent – Place à une industrie maritime moderne forte et prospère!

Québec, le 17 juin 2021 – La Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) accueille avec beaucoup d’enthousiasme et de satisfaction la nouvelle vision maritime gouvernementale dotée d’une enveloppe de 926,9 M$ financée par le gouvernement du Québec et ses partenaires.

La Sodes apprécie particulièrement les mesures destinées à la relance de l’industrie, celles pour doter le Saint-Laurent d’infrastructures modernes et compétitives, sans oublier celles permettant la mise en place d’un corridor intelligent et celles favorisant le développement économique régional avec le renforcement des zones industrialo-portuaires.

« Comme elle s’y était engagée lors des premières Assises québécoises du secteur maritime, la ministre Rouleau dévoile une stratégie mobilisatrice qui donne les moyens à l’industrie afin qu’elle devienne un véritable jalon de la relance. Cette vision n’est pas une finalité, c’est le point de départ et l’appui du gouvernement dont on avait besoin pour se propulser encore plus loin », a commenté le président-directeur général de la Sodes, Mathieu St-Pierre.

Si la stratégie gouvernementale répond aux ambitions de l’industrie en lui permettant de consolider son rôle de moteur économique, la Sodes constate que la plupart des axes d’intervention et des mesures qu’elle comprend sont déjà consacrés à des projets en particulier.

« L’industrie maritime du futur est celle qui misera sur l’innovation, la recherche scientifique, l’intelligence artificielle, l’électrification et qui permettra de réduire, encore davantage, son empreinte carbone. En cette matière, nous souhaitons que de nouvelles initiatives, notamment en matière de recherche et d’environnement, puissent voir le jour ou obtenir un financement adéquat, à l’intérieur ou à l’extérieur de cette stratégie », de conclure M. St-Pierre.

À propos de la SODES
La Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) est un organisme sans but lucratif dont le mandat est de protéger et de promouvoir les intérêts économiques du Saint‑Laurent. Elle représente la communauté maritime, ce qui inclut des intervenants privés et publics dont les activités ont un impact direct ou indirect sur l’économie du fleuve, et ce, dans toutes les régions du Québec. La Sodes se veut l’interlocutrice privilégiée des gouvernements en ce qui a trait au développement et à la vie économique du Saint-Laurent, que ce soit en matière de transport des marchandises et des passagers, de développement régional ou d’environnement.

-30-

Source :
Mathieu St-Pierre
Président-directeur général
Société de développement économique du Saint-Laurent
Tél. : 418 648-4572, poste 200
mathieu.st-pierre@st-laurent.org

Version PDF

 

 

 

 

 

Lire la suite

L’industrie maritime constituera un jalon important de la relance économique

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Québec, le 28 mai 2021. – Au sortir des premières Assises québécoises du secteur maritime, les forces vives de l’industrie et le gouvernement du Québec ont convenu que le secteur maritime dispose de tous les attributs pour participer à la relance économique.

L’événement – auquel prenaient part quelque 300 intervenants issus d’administrations portuaires, d’entreprises gravitant dans l’écosystème maritime, d’institutions de recherche et d’enseignement ainsi que de plusieurs ministères concernés par les enjeux maritimes – a jeté les bases d’une réflexion qui se poursuivra bien au-delà.

Des retombées concrètes

 Les travaux de cette première édition ont porté sur les thèmes :

  • Infrastructures, logistique et corridor intelligent;
  • Relance économique et exportation;
  • Protection de l’environnement, biodiversité et recherche;
  • Main-d’œuvre et formation.

Dans un premier temps, la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, a annoncé que la nouvelle vision maritime du gouvernement, Avantage Saint-Laurent, contribuera assurément à la relance économique et que le secteur maritime en deviendra, par le fait même, un vecteur important. Le gouvernement entend aussi s’assurer que sa stratégie d’exportation repose sur des assises maritimes fortes, puisque la conquête des marchés internationaux et l’approvisionnement en biens de première nécessité sont impossibles sans la voie navigable du Saint-Laurent et sans la contribution de tout un arsenal de parties prenantes.

La ministre a aussi confirmé aux participants l’ambition du gouvernement du Québec de mettre en place un corridor économique intelligent. Afin de réunir les conditions gagnantes pour le déploiement de cet important projet, le ministère des Transports, en collaboration avec la Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) et Synchronex, organisera des rencontres sectorielles en juin et juillet 2021, de même qu’un événement national sur ce dossier au cours de l’automne 2021.

En matière d’environnement, de développement et de recherche, les participants sont d’avis qu’il faut accroître les connaissances scientifiques et redoubler d’efforts. Bien que l’industrie soit résolument engagée à participer aux efforts de recherche, elle constate néanmoins que les études et données disponibles ne sont pas toujours alignées sur les priorités et les besoins des organisations maritimes.

En ce qui a trait à la main-d’œuvre, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale a confirmé l’intention du gouvernement de réactiver la Table de concertation en adéquation formation-emploi afin de se pencher sur les enjeux de la main-d’œuvre de l’industrie maritime. Le ministre fédéral des Transports, l’honorable Omar Alghabra, a d’ailleurs confirmé que Transports Canada participera aux travaux de cette table.

Citations

« Notre gouvernement entend octroyer aux acteurs du secteur maritime les appuis dont ils ont besoin en matière d’infrastructures, d’exportation et de recherche scientifique, le tout pour leur permettre de relever les défis technologiques, environnementaux et humains qui jalonnent leur industrie. Les programmes et investissements gouvernementaux actuels et ceux à venir agiront comme un levier et permettront de hisser le Québec parmi les nations les plus avancées en ce qui a trait aux innovations maritimes. »
Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

« L’industrie maritime a joué un rôle important dans l’économie québécoise en temps de pandémie, et ce sera aussi le cas pendant la relance économique et après. Je suis heureux qu’elle accorde une attention grandissante à la réduction de son empreinte environnementale. C’est tout en son honneur, parce qu’en matière de lutte contre les changements climatiques et de conservation de la biodiversité dans les voies navigables, au Québec comme ailleurs, l’industrie maritime doit faire partie de la solution. Nous avons besoin de toutes les forces vives du Québec pour relever le défi ambitieux de protéger l’environnement tout en assurant le développement économique et social. »
Benoît Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

« L’industrie maritime est l’une des parties névralgiques de la chaîne logistique du transport des marchandises et des personnes. Toutefois, comme pour plusieurs autres secteurs d’activités, les besoins en main-d’œuvre et ceux liés à la formation sont considérables. Nous aurons l’occasion d’aborder ces enjeux avec la mise en place d’une table de concertation sur la main-d’œuvre de l’industrie maritime. Ce secteur joue un rôle fondamental dans l’économie du Québec. C’est en collaborant que nous trouverons les solutions les plus appropriées pour répondre aux besoins précis qui sont identifiés, et c’est d’autant plus vrai dans le contexte actuel de relance de notre économie. »
Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale

« L’engouement pour ces Assises témoigne de la capacité et de la volonté de l’industrie maritime à transformer des enjeux en pistes de solutions concrètes. Nous sommes heureux de l’enthousiasme des gouvernements du Québec et du Canada à travailler en concertation avec tous les acteurs maritimes et à faire de notre secteur un levier de prospérité pour cette relance qui s’amorce. Les Assises ne sont pas une finalité; elles sont plutôt un véhicule pour continuer le travail et la réflexion, mais surtout pour faire l’adéquation entre les besoins de l’industrie et la réponse gouvernementale. Devant le succès de ces premières Assises, cette formule est appelée à devenir un rendez-vous incontournable de notre industrie. »
Mathieu St-Pierre, président-directeur général de la Sodes, au nom de tous les partenaires maritimes impliqués

 

– 30 –

 

Sources :
Éric Laporte, Directeur des communications
Cabinet de la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal
Tél. : 418 446-5911

Mathieu St-Pierre, Président-directeur général
Société de développement économique du Saint-Laurent
Tél. : 418 648-4572

 

Version PDF du communiqué de presse

 

 

Lire la suite

Communiqué de presse : Conflit de travail au Port de Montréal et dépôt d’une loi spéciale

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Un geste courageux pour éviter la paralysie de l’économie québécoise

Québec, le 27 avril 2021 – La Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) salue le dépôt du projet de loi présenté aujourd’hui à la Chambre des communes par la ministre du Travail, Filomena Tassi, et qui permettra de reprendre les activités au Port de Montréal, plaque tournante du commerce maritime.

Dans un monde idéal, une entente négociée entre les parties aurait été préférable. Or, la trêve de sept mois et le blitz de négociations des derniers jours n’ont pas permis de rapprocher suffisamment les parties et d’éviter la grève qui sévit depuis hier.

« Chaque heure qui passe met à mal l’économie du Québec. En temps de pandémie où le maintien des chaines d’approvisionnement est névralgique et à un moment où l’économie québécoise souffre déjà des affres de la COVID-19, on ne peut accepter que l’écosystème maritime fonctionne au ralenti. Des milliers d’entreprises exportatrices et importatrices deviennent les victimes collatérales d’un conflit de travail pour lequel elles ne sont pas parties prenantes. Avec le dépôt de ce projet de loi, le gouvernement fédéral pose un geste courageux, mais nécessaire », souligne Mathieu St-Pierre, président-directeur général de la Sodes.

La Sodes invite tous les partis politiques représentés au Parlement fédéral à faciliter l’adoption du projet de loi, et ce, de la manière la plus diligente possible.

L’industrie maritime transporte 80 % des biens consommés par les Québécois et elle contribue à hauteur de 2,3 milliards de dollars au PIB du Québec.

À propos de la SODES
La Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) est un organisme sans but lucratif dont le mandat est de protéger et de promouvoir les intérêts économiques du Saint-Laurent. Elle représente la communauté maritime, ce qui inclut des intervenants privés et publics dont les activités ont un impact direct ou indirect sur l’économie du fleuve, et ce, dans toutes les régions du Québec. La Sodes se veut l’interlocutrice privilégiée des gouvernements en ce qui a trait au développement et à la vie économique du Saint-Laurent, que ce soit en matière de transport des marchandises et des passagers, de développement régional ou d’environnement.

-30-

Source :
Mathieu St-Pierre, Président-directeur général
Société de développement économique du Saint-Laurent
Tél. : 418 648-4572, poste 200
mathieu.st-pierre@st-laurent.org

Version PDF

 

Lire la suite

Me Marie-Gabrielle Boudreau, directrice principale aux affaires juridiques et secrétaire générale, Société des traversiers du Québec

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Me Marie-Gabrielle Boudreau, directrice principale aux affaires juridiques et secrétaire générale, Société des traversiers du Québec

« Le secteur maritime est peu connu, mais il est tellement présent dans la vie des gens. C’est un domaine stimulant et il vaut la peine de s’y intéresser. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon rôle

« Je suis directrice principale aux affaires juridiques et secrétaire générale à la Société des traversiers du Québec. À ce titre, je conseille et soutient la STQ dans tout ce qui touche aux questions juridiques et à la gouvernance. »

Mon parcours dans l’industrie maritime

« Je dirais que c’est un beau hasard de la vie qui m’a menée à faire carrière dans l’industrie maritime. J’y ai plongé en 2009 avec la STQ et j’ai immédiatement eu la piqûre. C’est un domaine tellement diversifié et stimulant. C’est une industrie qui se transforme tout en demeurant toujours aussi importante et pertinente. »

Ce qui est le plus stimulant

« Je dirais que mon travail est chaque jour différent. J’ai la chance de travailler pour une organisation qui est à la fois armateur, transporteur maritime de personnes et de marchandises et propriétaire d’infrastructures, ce qui me permet de toucher à des mandats très diversifiés. J’ai l’impression de faire la différence en prenant part à la réalisation des grandes orientations de la STQ. J’apprécie aussi faire connaître autour de moi ce domaine. Le secteur maritime est peu connu, mais il est tellement présent dans nos vies, que l’on pense simplement au transport de personnes ou aux marchandises acheminées par navire. »

Un conseil pour celles qui voudraient faire carrière dans l’industrie

« Je leur dirais qu’il vaut vraiment la peine de s’y intéresser et soyez curieuses! Je suis un bon exemple : je suis une avocate, mon métier n’est pas spécifique au domaine maritime, mais il y a tellement d’opportunités d’y faire carrière. Beaucoup de domaines d’emploi peuvent être liés de près ou de loin au secteur maritime. »

Lire la suite
BACK