Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Mélanie Leblanc
Directrice
Institution maritime du Québec

En tant qu’acteur du milieu de l’éducation, j’ai le devoir de préparer la relève pour l’industrie, mais aussi de préparer l’industrie pour la relève!

1. Qu’est-ce qui caractérise votre parcours professionnel ?

J’ai toujours eu une grande fascination pour la mer et le fleuve, mais je ne savais pas qu’on pouvait y faire carrière! Alors que j’étais à l’université dans un domaine tout autre, j’ai rencontré un capitaine qui m’a parlé de l’IMQ et des extraordinaires carrières maritimes. Ce fut la plus belle découverte de ma vie m’ayant ainsi conduite sur les bancs de l’IMQ à Rimouski!

Mon parcours professionnel a débuté comme officière sur les mers du monde et le fleuve, s’est poursuivi dans les classes de navigation comme enseignante, ensuite comme adjointe à la direction au Service aux élèves puis en tant que directrice de l’IMQ! Je souhaitais, par-dessus tout, jouer un rôle influent dans cette industrie que j’ai immédiatement trouvée dynamique, prospère et unie, mais aussi, je dois le dire, très conservatrice. Je me suis tout de suite dit que ça manquait un brin de diversité et que je pouvais faire partie du changement!

2. Quels sont les obstacles les plus importants que vous avez dû surmonter pour vous épanouir dans le milieu du travail ?

Honnêtement, les obstacles les plus importants sont psychologiques et que je me suis moi-même imposés : le doute, le sentiment d’imposteur. Je constate que ce sont des sentiments très ancrés chez nombre de femmes et qui sont exacerbés quand on se retrouve dans un milieu de longue tradition et représentation masculine. Le secret de la réussite : demeurer soi-même, se faire confiance et prendre sa place. Une fois que l’on comprend que notre différence c’est notre meilleur atout, on s’assume et on avance!

3. En tant que femme, quels ont été les principaux changements depuis votre entrée sur le marché du travail ?

La présence des femmes est monnaie courante dans le monde de l’éducation. Prendre ma place dans l’industrie comme directrice de l’IMQ me semble donc une entrée à pas feutrés dans la sphère du leadership maritime. L’ouverture au changement est présente et je me suis toujours senti la bienvenue dans l’industrie, mais le changement se fait à petits pas! Je dois l’admettre, j’ai hâte de voir une plus grande diversité! Le nombre de femmes qui joignent l’industrie est encore très faible et a très peu augmenté dans les 20 dernières années. Ce sont tous les acteurs de l’industrie qui ensemble doivent porter le message qu’il y a une place de choix pour les femmes dans le domaine maritime. Il faut en faire la promotion, mais aussi le faire vivre par des actions significatives et concrètes! Je le vois, c’est en mouvance grâce aux jeunes qui nous poussent à l’action!

4. Quelle réalisation vous rend la plus fière ?

Ce n’est pas tant une réalisation précise, mais plutôt un état d’être! L’IMQ, c’est une partie de ma vie… J’aime profondément cette organisation, mais surtout, les humains passionnés qui la composent. Depuis plus de 20 ans, j’y ai grandi professionnellement et personnellement. Les deux dernières années de pandémie ont été particulièrement difficiles et j’ai vu des humains engagés et solidaires travailler ensemble et se réinventer pour la réussite de nos élèves. Ce sont les enseignants, le personnel de l’IMQ, mais aussi plusieurs acteurs et partenaires de l’industrie qui se sont ralliés autour de la relève. Savoir que je joue un rôle mobilisateur pour rallier tous ces gens autour de notre mission, ça me rend fière!

Un vent de changement souffle sur les besoins en éducation et le futur est emballant si on y contribue tous ensemble!

5. Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui souhaitent suivre vos traces ?

Faites-vous confiance et prenez votre place en demeurant fidèle à qui vous êtes.

L’industrie maritime a besoin des femmes et des gens issus de la diversité pour changer et se moderniser sur le plan humain. L’industrie maritime en est une de résultats, mais le secret de sa pérennité repose sur la capacité qu’elle aura de faire preuve d’ouverture et d’écoute, d’accompagner, de former et d’impliquer la relève. Pour y arriver, j’en suis certaine, ça prend des équipes composées d’hommes et de femmes. Ces femmes-là, on les attend!

 

Suivez Madame Leblanc sur LinkedIn

Apprenez-en d’avance sur l’Institut maritime du Québec

Suivez l’Institut maritime du Québec sur Facebook 

 

..

Lire la suite
BACK