Read more
See all news

Conférence – Projet MARS

Résumé du projet

Au cours des dernières décennies, le niveau de bruit dans les océans a augmenté significativement. Or, l’augmentation du trafic maritime est en grande partie responsable de ce phénomène et les impacts négatifs qui en découle sur la faune marine préoccupent de plus en plus les experts.

Le projet MARS (Maritime Acoustic Research Station) consiste à implanter et opérer une station de recherche acoustique sous-marine de niveau international sur le Saint-Laurent. À terme, ce projet vise à contribuer de manière significative à la réduction des impacts sonores de la navigation sur la faune marine. La station sera déployée au centre du chenal laurentien, au large de Rimouski, une zone reconnue pour l’abondance et la diversité des mammifères qui la fréquentent

Le projet comporte deux principaux objectifs. Le premier, porté par l’Institut des sciences de la mer à Rimouski, vise à mesurer les niveaux de bruit des navires transitant sur le fleuve selon des normes internationales à l’aide d’un réseau d’hydrophones. Le deuxième, porté par Innovation maritime, est de tracer le lien entre le niveau de bruit des navires, leurs conditions d’opération et les éléments à bord générant ces bruits pour évaluer et développer des méthodes de mitigation. Deux entreprises locales, OpDAQ Systems et Multi-Electronique, apporteront leurs expertises notamment dans le déploiement en eaux profondes des instruments de mesure et dans l’instrumentation des navires.

L’initiative conjointe de ces institutions permettra de fournir aux armateurs des informations solides quant au bruit sous-marin généré par leurs navires et suggérer des moyens de mitigations efficaces et réalistes pour leur permettre de prendre action en regard de ces informations.

Biographie

Jean-Christophe Gauthier Marquis est responsable du projet MARS chez Innovation maritime. Il y travaille depuis 2020 et enseigne à l’Institut maritime du Québec depuis 2017. Il possède un baccalauréat en physique de l’Université Laval ainsi qu’une maîtrise en océanographie physique de l’Institut des sciences de la mer à Rimouski.

Plus de détails à venir.

 

 

 

BACK