Noémie Giguère, directrice générale, Technopole maritime du Québec

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Noémie Giguère, directrice générale, Technopole maritime du Québec

« Le secteur maritime est accessible à toutes. Les principales barrières sont d’abord celles que l’on se met à soi-même. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon rôle

« Mon rôle, et celui de la Technopole maritime du Québec consiste à travailler à la promotion et au développement des secteurs maritimes innovants du Québec. Nous créons un environnement propice à la rencontre de la recherche et de l’industrie pour générer des interactions, de la croissance et de l’innovation dans les secteurs maritimes. »

Mon parcours dans le domaine maritime

« On peut dire que le secteur maritime est devenu mon objectif de carrière quand je suis revenue m’installer à Rimouski. J’y avais passé plusieurs années, plus jeune, alors que mon père était biologiste pour Pêches et Océans Canada à l’Institut Maurice-Lamontagne. Après des études en biochimie à Québec, je suis revenue à Rimouski faire ma maîtrise en gestion des ressources maritimes pour travailler ensuite dans plusieurs organisations du domaine. Le fleuve a toujours été présent dans ma vie. »

Ce qui me rend le plus fière

« J’ai une personnalité qui sort du lot pour une personne avec un profil scientifique. J’adore les contacts humains, rassembler les gens, et c’est d’ailleurs mon travail :  je dois créer des occasions, trouver des sujets propices pour que les acteurs du milieu se rencontrent et développent des projets et des relations fructueuses. Par exemple, quand je vois que la mayonnaise a pris à la fin d’un événement, c’est mission accomplie! »

Un conseil pour celles qui voudraient faire carrière dans l’industrie

« Il faut saisir toutes les occasions et surtout ne pas être celle qui se met en partant des limites à elle-même. Il faut foncer et, si jamais tu te butes à des obstacles réels en chemin, tu les verras à ce moment‑là. Il ne faut pas être soi-même son propre frein, mais plutôt son moteur. Dans les faits, le secteur maritime est accessible à toutes. »

Lire la suite

Karine Otis, directrice générale de la Corporation de gestion du port de Baie-Comeau

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Karine Otis, directrice générale de la Corporation de gestion du port de Baie-Comeau

« Ma passion pour le développement régional m’a menée au poste que j’occupe aujourd’hui auprès de la Corporation de gestion du Port de Baie-Comeau. J’y ai découvert une industrie extrêmement dynamique et qui joue un rôle important dans le développement économique de la Côte-Nord. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon rôle

« Je suis directrice générale de la Corporation de gestion du Port de Baie-Comeau. Je travaille à jeter les bases de ce qui deviendra la nouvelle autorité portuaire de Baie-Comeau, lorsque le transfert des installations portuaires fédérales sera complété. Nous nous assurons de doter la Corporation de bases solides pour lui permettre de développer le plein potentiel du port et en faire un levier de développement régional durable. »

Mon parcours dans l’industrie maritime

« À la base, je suis une professionnelle du développement régional. J’ai travaillé en environnement, en tourisme, en développement économique et, de fil en aiguille, je me suis intéressée à l’enjeu du développement du Port de Baie-Comeau. Je ne connaissais pas le secteur maritime, mais j’y ai découvert une industrie extrêmement dynamique et qui joue un rôle important dans le développement économique de la Côte-Nord. »

Ce qui me rend le plus fière

« Même si le contexte de transfert des installations portuaires est un défi complexe, je suis très fière d’être l’une des architectes d’une organisation qui jouera un rôle majeur dans le développement économique de la Côte-Nord. »

Un conseil pour celles qui voudraient faire carrière dans l’industrie

« Il ne faut pas hésiter à s’impliquer dans un dossier. Parfois, on peut hésiter parce qu’on a l’impression de ne pas maîtriser assez un dossier, mais il faut se faire confiance et surtout avoir confiance en sa capacité d’apprendre! »

Lire la suite

Capitaine Marie-Claire Dusseault, Desgagnés

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

 

Capitaine Marie-Claire Dusseault, Desgagnés

« Les femmes sont tout aussi capables que les hommes de réussir dans ce métier qui est rempli de défis, mais qui est tout sauf routinier. »

 

 

 

 

 

 

 

Mon rôle

« Je suis capitaine d’un navire pétrolier qui fait du cabotage sur le Saint-Laurent, les Grands Lacs, la côte est canadienne et en Arctique. À ce titre, je suis responsable de l’équipage, de la gestion quotidienne des opérations, des trajets et de faire le lien avec l’équipe terrestre. Je suis aussi responsable des manœuvres d’accostage. »

Mon parcours dans l’industrie maritime

« Mon objectif de carrière était de devenir premier officier de pont. On dirait que je n’osais pas espérer me rendre au poste de capitaine un jour. Il faut dire qu’il n’y avait pas beaucoup de modèles à l’époque pour une femme et celles qui s’y étaient rendues avaient fait face à de nombreux obstacles. Mais après avoir atteint mon but et avoir occupé le poste de premier officier pendant six ans, je me suis dit que j’étais prête et capable d’être capitaine. »

Ce qui me rend le plus fière

« Je dirais que d’avoir perduré pendant six ans dans un poste de premier officier, qui est très physique et demandant, me rend aussi fière que d’être devenue capitaine. »

Un conseil pour celles qui voudraient faire carrière dans l’industrie

« Il faut foncer et ne pas se mettre de barrière. Il faut aussi ne pas hésiter à dénoncer lorsque l’on est victime ou témoin de sexisme. Les femmes sont tout aussi capables que les hommes de réussir dans ce métier qui est rempli de défis, mais qui est tout sauf routinier. »

 

 

Lire la suite
BACK