L’industrie maritime a tous les atouts pour être un acteur clé de la relance économique et être au cœur de la stratégie d’exportation

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

QUÉBEC, le 25 nov. 2021 /CNW Telbec/ – La Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) accueille favorablement la mise à jour économique et financière présentée par le ministre des Finances, Éric Girard. Les mesures mises de l’avant par le gouvernement du Québec sont de bon augure pour la relance post pandémique et les membres de la Sodes y contribueront certainement. De plus, la volonté exprimée par le gouvernement fédéral, à l’occasion du discours du Trône, de favoriser l’innovation et les emplois verts pour bâtir une économie plus concurrentielle est également bien accueillie.

Mathieu St-Pierre, président-directeur général de la Sodes, rappelle que l’industrie maritime québécoise figure parmi les plus dynamiques, innovantes et les plus vertes. Elle a tous les atouts pour être un acteur clé de cette relance et y jouer un rôle de premier plan. De plus, l’industrie maritime occupe une position stratégique incontournable pour permettre aux entreprises québécoises d’augmenter leurs exportations, l’un des cinq chantiers identifiés par le premier ministre François Legault à la base de sa vision économique.

Lire la suite

La Sodes travaillera activement avec les nouveaux ministres du cabinet Trudeau

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

QUÉBEC, le 26 oct. 2021 /CNW Telbec/ – En cette Journée maritime québécoise, la Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) accueille avec beaucoup de satisfaction la nouvelle équipe ministérielle présentée aujourd’hui par le premier ministre du Canada, le très honorable Justin Trudeau.

D’entrée de jeu, la Sodes se réjouit que le ministre Omar Alghabra, avec qui elle a étroitement collaboré lors des premières Assises québécoises du secteur maritime, conserve le portefeuille des Transports.

Considérant tous les enjeux environnementaux et liés à la préservation de la biodiversité qui jalonnent l’industrie maritime, la Sodes voit d’un bon œil qu’un Québécois, en l’occurrence M. Steven Guilbeault, devienne ministre de l’Environnement et du Changement climatique.

Enfin, la Sodes entend collaborer avec la nouvelle ministre des Pêches, Océans et de la Garde côtière canadienne, Mme Joyce Murray, notamment sur l’application de l’article 36 de la Loi sur les pêches. Rappelons que cet article portant sur la notion de rejets dans l’eau mène trop souvent à une interprétation rigide alors qu’aucune balise uniforme et prévisible n’existe. Les acteurs maritimes souhaitent paver la voie à une collaboration plus grande avec ce ministère, et ce, afin de s’assurer que notre industrie consolide son statut de leader en matière de développement durable.

« Ce nouveau cabinet allie expérience et renouveau. Les ministres reconduits dans leur fonction connaissent bien les enjeux maritimes tandis que les nouveaux titulaires apporteront un regard neuf. Dans un cas comme dans l’autre, la Sodes voudra reprendre le dialogue afin que le gouvernement fédéral prenne les meilleures décisions permettant à notre industrie d’être toujours plus prospère, responsable et efficace », de mentionner M. St-Pierre.

À propos de la SODES
La Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) est un organisme sans but lucratif dont le mandat est de protéger et de promouvoir les intérêts économiques du Saint-Laurent. Elle représente la communauté maritime, ce qui inclut des intervenants privés et publics dont les activités ont un impact direct ou indirect sur l’économie du fleuve, et ce, dans toutes les régions du Québec. La Sodes se veut l’interlocutrice privilégiée des gouvernements en ce qui a trait au développement et à la vie économique du Saint-Laurent, que ce soit en matière de transport des marchandises et des passagers, de développement régional ou d’environnement.

SOURCE Société de développement économique du Saint-Laurent

Renseignements: Roselyne Phaneuf, Chargée des communications, Société de développement économique du Saint-Laurent, T 418 648-4572, poste 203, roselyne.phaneuf@st-laurent.org

CNW

 

Lire la suite

Semaine de l’Emploi maritime – Le secteur maritime : une mer de possibilités

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie maritime (Comité sectoriel), en collaboration avec la Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes), tient, pour une troisième année consécutive, la Semaine de l’Emploi maritime du 18 au 25 octobre. Cette offensive vise à faire la promotion des métiers maritimes, autant en mer que sur terre, qui non seulement présentent des perspectives professionnelles favorables avec plusieurs centaines de postes à combler, mais qui constituent des emplois de qualité et bien rémunérés.

Lire la suite

Les navires feront sonner leurs sirènes au Canada pour souligner l’urgent besoin de vacciner les équipages

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

À l’occasion de la Journée des gens de mer, le 25 juin, les navires dans les ports canadiens feront sonner leurs sirènes sous le coup de midi (heure locale) en appui au mouvement mondial de reconnaissance qui souligne le rôle crucial des travailleurs maritimes durant la pandémie. Ce geste enjoint aux gouvernements d’accorder la priorité à la vaccination pour les équipages.

Tout au long de la pandémie, les gens de mer ont assuré l’acheminement d’équipement de protection individuelle et de médicaments afin de protéger la population canadienne. Le secteur maritime a également préservé les liaisons commerciales au pays et à l’échelle internationale pour maintenir l’économie à flot.

Lire la suite

Me Marie-Gabrielle Boudreau, directrice principale aux affaires juridiques et secrétaire générale, Société des traversiers du Québec

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Me Marie-Gabrielle Boudreau, directrice principale aux affaires juridiques et secrétaire générale, Société des traversiers du Québec

« Le secteur maritime est peu connu, mais il est tellement présent dans la vie des gens. C’est un domaine stimulant et il vaut la peine de s’y intéresser. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon rôle

« Je suis directrice principale aux affaires juridiques et secrétaire générale à la Société des traversiers du Québec. À ce titre, je conseille et soutient la STQ dans tout ce qui touche aux questions juridiques et à la gouvernance. »

Mon parcours dans l’industrie maritime

« Je dirais que c’est un beau hasard de la vie qui m’a menée à faire carrière dans l’industrie maritime. J’y ai plongé en 2009 avec la STQ et j’ai immédiatement eu la piqûre. C’est un domaine tellement diversifié et stimulant. C’est une industrie qui se transforme tout en demeurant toujours aussi importante et pertinente. »

Ce qui est le plus stimulant

« Je dirais que mon travail est chaque jour différent. J’ai la chance de travailler pour une organisation qui est à la fois armateur, transporteur maritime de personnes et de marchandises et propriétaire d’infrastructures, ce qui me permet de toucher à des mandats très diversifiés. J’ai l’impression de faire la différence en prenant part à la réalisation des grandes orientations de la STQ. J’apprécie aussi faire connaître autour de moi ce domaine. Le secteur maritime est peu connu, mais il est tellement présent dans nos vies, que l’on pense simplement au transport de personnes ou aux marchandises acheminées par navire. »

Un conseil pour celles qui voudraient faire carrière dans l’industrie

« Je leur dirais qu’il vaut vraiment la peine de s’y intéresser et soyez curieuses! Je suis un bon exemple : je suis une avocate, mon métier n’est pas spécifique au domaine maritime, mais il y a tellement d’opportunités d’y faire carrière. Beaucoup de domaines d’emploi peuvent être liés de près ou de loin au secteur maritime. »

Lire la suite

Noémie Giguère, directrice générale, Technopole maritime du Québec

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Noémie Giguère, directrice générale, Technopole maritime du Québec

« Le secteur maritime est accessible à toutes. Les principales barrières sont d’abord celles que l’on se met à soi-même. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon rôle

« Mon rôle, et celui de la Technopole maritime du Québec consiste à travailler à la promotion et au développement des secteurs maritimes innovants du Québec. Nous créons un environnement propice à la rencontre de la recherche et de l’industrie pour générer des interactions, de la croissance et de l’innovation dans les secteurs maritimes. »

Mon parcours dans le domaine maritime

« On peut dire que le secteur maritime est devenu mon objectif de carrière quand je suis revenue m’installer à Rimouski. J’y avais passé plusieurs années, plus jeune, alors que mon père était biologiste pour Pêches et Océans Canada à l’Institut Maurice-Lamontagne. Après des études en biochimie à Québec, je suis revenue à Rimouski faire ma maîtrise en gestion des ressources maritimes pour travailler ensuite dans plusieurs organisations du domaine. Le fleuve a toujours été présent dans ma vie. »

Ce qui me rend le plus fière

« J’ai une personnalité qui sort du lot pour une personne avec un profil scientifique. J’adore les contacts humains, rassembler les gens, et c’est d’ailleurs mon travail :  je dois créer des occasions, trouver des sujets propices pour que les acteurs du milieu se rencontrent et développent des projets et des relations fructueuses. Par exemple, quand je vois que la mayonnaise a pris à la fin d’un événement, c’est mission accomplie! »

Un conseil pour celles qui voudraient faire carrière dans l’industrie

« Il faut saisir toutes les occasions et surtout ne pas être celle qui se met en partant des limites à elle-même. Il faut foncer et, si jamais tu te butes à des obstacles réels en chemin, tu les verras à ce moment‑là. Il ne faut pas être soi-même son propre frein, mais plutôt son moteur. Dans les faits, le secteur maritime est accessible à toutes. »

Lire la suite

Karine Otis, directrice générale de la Corporation de gestion du port de Baie-Comeau

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Karine Otis, directrice générale de la Corporation de gestion du port de Baie-Comeau

« Ma passion pour le développement régional m’a menée au poste que j’occupe aujourd’hui auprès de la Corporation de gestion du Port de Baie-Comeau. J’y ai découvert une industrie extrêmement dynamique et qui joue un rôle important dans le développement économique de la Côte-Nord. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon rôle

« Je suis directrice générale de la Corporation de gestion du Port de Baie-Comeau. Je travaille à jeter les bases de ce qui deviendra la nouvelle autorité portuaire de Baie-Comeau, lorsque le transfert des installations portuaires fédérales sera complété. Nous nous assurons de doter la Corporation de bases solides pour lui permettre de développer le plein potentiel du port et en faire un levier de développement régional durable. »

Mon parcours dans l’industrie maritime

« À la base, je suis une professionnelle du développement régional. J’ai travaillé en environnement, en tourisme, en développement économique et, de fil en aiguille, je me suis intéressée à l’enjeu du développement du Port de Baie-Comeau. Je ne connaissais pas le secteur maritime, mais j’y ai découvert une industrie extrêmement dynamique et qui joue un rôle important dans le développement économique de la Côte-Nord. »

Ce qui me rend le plus fière

« Même si le contexte de transfert des installations portuaires est un défi complexe, je suis très fière d’être l’une des architectes d’une organisation qui jouera un rôle majeur dans le développement économique de la Côte-Nord. »

Un conseil pour celles qui voudraient faire carrière dans l’industrie

« Il ne faut pas hésiter à s’impliquer dans un dossier. Parfois, on peut hésiter parce qu’on a l’impression de ne pas maîtriser assez un dossier, mais il faut se faire confiance et surtout avoir confiance en sa capacité d’apprendre! »

Lire la suite

Capitaine Marie-Claire Dusseault, Desgagnés

Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

 

Capitaine Marie-Claire Dusseault, Desgagnés

« Les femmes sont tout aussi capables que les hommes de réussir dans ce métier qui est rempli de défis, mais qui est tout sauf routinier. »

 

 

 

 

 

 

 

Mon rôle

« Je suis capitaine d’un navire pétrolier qui fait du cabotage sur le Saint-Laurent, les Grands Lacs, la côte est canadienne et en Arctique. À ce titre, je suis responsable de l’équipage, de la gestion quotidienne des opérations, des trajets et de faire le lien avec l’équipe terrestre. Je suis aussi responsable des manœuvres d’accostage. »

Mon parcours dans l’industrie maritime

« Mon objectif de carrière était de devenir premier officier de pont. On dirait que je n’osais pas espérer me rendre au poste de capitaine un jour. Il faut dire qu’il n’y avait pas beaucoup de modèles à l’époque pour une femme et celles qui s’y étaient rendues avaient fait face à de nombreux obstacles. Mais après avoir atteint mon but et avoir occupé le poste de premier officier pendant six ans, je me suis dit que j’étais prête et capable d’être capitaine. »

Ce qui me rend le plus fière

« Je dirais que d’avoir perduré pendant six ans dans un poste de premier officier, qui est très physique et demandant, me rend aussi fière que d’être devenue capitaine. »

Un conseil pour celles qui voudraient faire carrière dans l’industrie

« Il faut foncer et ne pas se mettre de barrière. Il faut aussi ne pas hésiter à dénoncer lorsque l’on est victime ou témoin de sexisme. Les femmes sont tout aussi capables que les hommes de réussir dans ce métier qui est rempli de défis, mais qui est tout sauf routinier. »

 

 

Lire la suite
BACK