Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

Le premier réseau d’écluses au monde doté de l’amarrage mains libres

La Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent (CGVMSL) a célébré son 60e anniversaire aujourd’hui en ouvrant la saison de navigation 2019. Le Federal Kumano a été le navire inaugural, franchissant l’écluse de Saint-Lambert avec son chargement de chlorure de titane en vrac en route vers le port d’Ashtabula, en Ohio.

L’honorable Marc Garneau, ministre des Transports du Canada, et Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports du Québec, étaient parmi les dignitaires réunis à l’écluse de Saint-Lambert pour fêter le 60e anniversaire de la Voie maritime du Saint-Laurent. « La Voie maritime du Saint-Laurent a un passé remarquable, un présent dynamique et vital et un rôle central à continuer de jouer à l’avenir dans l’économie du Canada, a fait valoir le ministre Garneau. Cela étant, le gouvernement du Canada travaille constamment avec la Voie maritime et ses partenaires pour étudier de nouvelles possibilités de développement économique et commercial et pour assurer un avenir plus durable. Au nom du gouvernement du Canada, je vous souhaite une saison de navigation sûre et fructueuse. »

La Voie maritime a enregistré d’excellents résultats en 2018 : 41 millions de tonnes de marchandises ont transité dans ses écluses. Vu l’élan soutenu du secteur des céréales, la saison de navigation 2019 devrait apporter des gains supplémentaires dans le tonnage, permettant à la Voie maritime d’arriver à 42 millions de tonnes de marchandises.

Terence Bowles, président et chef de la direction de la CGVMSL, a loué le personnel de la Voie maritime pour le rôle qu’il a joué dans la mise en place de l’amarrage mains libres et de la commande à distance des écluses de la Voie maritime. « Aujourd’hui, grâce aux efforts déployés tant par nos anciens employés que par nos employés actuels, la Voie maritime offre aux transporteurs une route plus concurrentielle jusqu’au cœur de l’Amérique du Nord, a-t-il dit. À la suite des progrès réalisés en matière de sécurité, de fiabilité et d’efficacité, tout est en place pour que la Voie maritime serve efficacement toutes ses parties prenantes dans les décennies à venir. L’investissement des armateurs de la Voie maritime de milliards de dollars dans le renouvellement de la flotte annonce un avenir brillant pour la voie navigable au-delà du cap de ses 60 ans. »

« À 60 ans, la voie navigable binationale est résiliente et prête à affronter l’avenir, a dit Craig H. Middlebrook, administrateur adjoint de la Saint Lawrence Seaway Development Corporation des États-Unis. De nouvelles technologies, un taux de fiabilité exceptionnel et d’importants investissements dans l’infrastructure assurent des gains en efficience ainsi que la sécurité et la compétitivité de la Voie maritime. J’entends bien mettre en valeur le partenariat entre nos deux pays et travailler étroitement avec nos parties prenantes dans toute la région des Grands Lacs qui comptent sur la Voie maritime et qui en retour sont essentielles à son succès. »

Étant le moyen de transporter des marchandises qui consomme le moins d’énergie et qui émet le moins de carbone, le transport maritime est une option évidente pour stimuler l’économie de façon durable.

La Voie maritime du Saint-Laurent, à 60 ans – Faits et chiffres
  • Le réseau Grands Lacs-Voie maritime est une « autoroute maritime » qui s’étend sur 3700 km, de l’océan Atlantique jusqu’aux Grands Lacs. Le transport de marchandises dans le réseau soutient 329 000 emplois et 59 milliards de dollars d’activité économique.
  • La Voie maritime du Saint-Laurent est une entité binationale et la pièce maîtresse du réseau plus vaste reliant le bas du fleuve Saint-Laurent aux Grands Lacs. Vers l’ouest à partir de Montréal, la Voie maritime compte 15 écluses (13 canadiennes et 2 américaines) qui permettent aux navires de grimper en tout de 168 mètres depuis le niveau de la mer jusqu’au lac Érié. Pour de plus amples renseignements sur la Voie maritime du Saint-Laurent, voir www.grandslacs-voiemaritime.com.
  • Depuis 60 ans, des navires ont transporté presque 3 milliards de tonnes de marchandises en 340 000 transits dans les écluses de la Voie maritime.
  • Des acteurs du réseau ont fait œuvre de pionniers dans la promotion et la mise au point de nouvelles technologies augmentant la sécurité et la protection de l’environnement :
    • En 2002, la Voie maritime du Saint-Laurent a été la première voie navigable intérieure au monde à adopter le système d’identification automatique (SIA). Le SIA transmet des données vitales de navigation maritime de navire à navire et du navire à la terre, en temps réel.
    • Depuis 2010, les armateurs canadiens ont investi plus de 2 milliards de dollars dans des navires écologiques, construits sur mesure pour la Voie maritime.
    • En 2015, la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent a reçu le Prix de l’innovation d’avenir dans les transports, décerné par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), pour la mise au point du premier dispositif d’amarrage mains libres au monde pour un réseau d’écluses. Il utilise la technologie des ventouses au lieu de câbles d’acier.
    • En 2018, la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent a mené à bien son programme de modernisation en implantant l’amarrage mains libres et la commande à distance à toutes les écluses élevées canadiennes.

Au sujet de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent

La Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent est une société sans but lucratif constituée en 1998 par le gouvernement du Canada, les utilisateurs de la Voie maritime et d’autres intervenants. Conformément à la Loi maritime du Canada, la Corporation gère et exploite les installations canadiennes de la Voie maritime du Saint-Laurent, qui restent la propriété du gouvernement du Canada, en vertu d’un accord à long terme conclu avec Transports Canada.

BACK