Crédit photo : Louis Rhéaume
Crédit photo : Louis Rhéaume

La Sodes assure la coordination du Groupe conseil maritime (GCM) de la région du Québec. Ce groupe réunit les représentants de l’industrie maritime du Saint-Laurent et ceux de la Garde côtière canadienne. Le Groupe conseil maritime assure l’échange d’information entre l’industrie maritime et la Garde côtière concernant les services maritimes fournis par cette dernière. Ceci permet aux représentants de la Garde côtière et de l’industrie de mieux connaître les réalités et les positions respectives des deux parties sur les dossiers d’intérêts communs.

Les 3 principaux dossiers suivis par le GCM conseil sont :

Le déglaçage

Le GCM a appuyé les demandes de la Garde côtière canadienne pour le financement d’un plan de renouvellement de la flotte de brise-glace desservant le Saint-Laurent. Le vieillissement de cette flotte est une préoccupation majeure étant donné les risques possibles sur la sécurité et l’efficacité du système de transport durant la période hivernale. La Sodes croit que le financement d’un plan de renouvellement de la flotte est essentiel pour permettre de remplacer certains navires vieillissants de la Garde côtière. Ce renouvellement devrait se faire par l’acquisition de nouvelles unités, selon un calendrier défini à l’avance, plutôt qu’en prolongeant sans cesse la durée de vie utile des unités existantes.

La navigation électronique

La Sodes participe à la mise en place d’une seconde phase du projet de navigation électronique dans le Saint-Laurent. Ce projet vise à identifier et adapter les technologies qui permettront d’optimiser l’utilisation de la colonne d’eau pour la navigation commerciale dans le Saint-Laurent.

Le dragage

La Sodes coordonne le sous-comité du Groupe conseil maritime sur le dragage d’entretien du chenal navigable dans le Saint-Laurent. Ce comité permet aux représentants de la Garde côtière canadienne d’informer les représentants de l’industrie sur les activités de dragage d’entretien du chenal navigable du Saint-Laurent. Notons que c’est l’industrie maritime qui défraie la presque totalité des coûts de dragage d’entretien du Saint-Laurent.

BACK