Lire la suite
Voir toutes les nouvelles

À la suite de plusieurs informations qui ont circulé dans les actualités cette semaine concernant le rapport de la Direction de la santé publique (DSP) sur les polluants atmosphériques dans Limoilou, le Bureau d’information maritime (BIM) tient à rappeler que le dernier épisode de poussière remonte à 2012 et que depuis ce temps, le Port de Québec et ses partenaires ont investis dans la mise en place de mesures d’atténuation au cours des dernières années.

Voici quelques exemples de ces mesures d’atténuation en place lors de transbordements au Port de Québec :

  • Réseau complet d’équipements de suivi des particules dans l’air ambiant relié au système d’alerte du Port de Québec.
  • Mise en place de canons à eau pour rabattre la poussière sur le sol
  • Mise en place de nouvelles façons de faire au niveau opérationnel : directives et au besoin, suspension des activités de transbordement en fonction de la force et de la direction des vents, cloisonnement des activités lorsque possible, etc.
  • Prise en compte en tout temps des conditions météorologiques dans la planification des opérations de chargement et de déchargement des navires en vue de contrôler les risques d’émissions de poussières. Lorsque les conditions ne sont pas favorables, les opérations peuvent être arrêtées.
  • Prise en compte des marées dans la planification des opérations de chargement et de déchargement des navires, toujours dans l’optique de contrôler les risques d’émissions de particules.
  • Surveillance par la capitainerie, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, par des caméras haute définition braquées sur les opérations de chargement et de déchargement. La capitainerie peut arrêter les opérations en tout temps.
  • Patrouilles sur le site du Port de Québec en tout temps en vue de déceler et de contrôler les risques environnementaux.
  • Personnel attitré en environnement et une personne responsable, au nom du Port de Québec, de garde en continu pour supporter les efforts de surveillance et de contrôle et, au besoin, suspendre les activités.

Par ailleurs, le BIM souhaite rappeler que la Direction de la santé publique de la Capitale-Nationale est un organisme neutre dont le rôle s’inscrit dans la mission de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale. En vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux, son directeur, le docteur François Desbiens, est entre autres responsable dans sa région d’identifier les situations susceptibles de mettre en danger la santé de la population et de voir à la mise en place des mesures nécessaires à sa protection. La DSP réunit des experts et des scientifiques reconnus et qualifiés de la santé publique et œuvre en étroite collaboration avec les autres directions de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et rejoint un vaste réseau de partenaires. Elle possède toute l’expertise nécessaire à l’évaluation des impacts des polluants sur la santé publique.

Source : http://www.dspq.qc.ca/SP_mission.html

Lire la suite
BACK